Prières pour l’unité des Chrétiens

Ce vendredi 20 Janvier 2017, nous nous sommes retrouvés, protestants et catholiques, autour de nos pasteurs, dans l’église Notre -Dame de Lourdes à Roubaix, paroisse de l’Epiphanie (Croix), à l’occasion du 500ème anniversaire de la « séparation » des 2 Eglises.

Un peu d’histoire : Il y a 500 ans suite aux nombreuses démarches du moine Luther, et des réactions de l’Eglise Catholique d’alors. Luther voulait alors réformer l’Eglise Catholique très soumise à cette époque aux puissances temporelles de l’ordre politique comme à sa propre organisation fortement hiérarchisée. Elle jouait alors de toutes les influences possibles pour assurer un réel pouvoir, au-delà de sa mission spirituelle en vue de gérer le monde occidental à l’image des royautés civiles du siècle.

Luther proposait un autre mode de gestion de notre Eglise, en rappelant les valeurs fondamentales qui ont présidé au christianisme : la lecture de la Bible et un ressourcement conforme à des modes de vie basés sur la liberté des enfants de Dieu, comme au temps des premiers apôtres, comme enfin à un renouveau théologique plus proche de la réalité du début de l’ère chrétienne ; reniant toute forme de hiérarchie exacerbée.

Nos deux Eglises souffrent de cette séparation schismatique, et sont invitées par leurs responsables comme le Pape François et l’assemblée des Pasteurs Protestants, à tout mettre en œuvre en vue de « nous réconcilier en paroles et en actes » : «  à nous de devenir des ambassadeurs et ministres de la réconciliation ». Un seul cœur, un seul esprit, une seule science, une seule raison doivent préluder à nos démarches de conversion réciproque. Ceci est notre souhait… devenu volonté.

C’est dans cet état d’esprit que nos deux communautés se sont réunies afin de rétablir des ponts après avoir démoli les murs de la honte, le tout autour du Christ que l’on fait souffrir à notre façon en vivant en frères séparés. Notre Père nous pardonnera sans doute comme il l’a fait au fils prodigue ? Ce fut le sens de notre prière commune.

Merci à celles et ceux qui ont préparé ce temps de communion, de re-vision des uns et des autres en toute simplicité.

Laisser un commentaire